claude_allegre_ministre_innovation_climat.jpgClaude Allègre, lorsque j’étais plus jeune, c’est celui qui a dit qu’il fallait « dégraisser le mammouth » [de l’Education Naionale]. Et ça faisait rire mon père, et vazy qu’il y en a un qui met les pieds dans le plat, et vazy qu’il n’a pas peur de dire les choses. Bien des années ont passé et si je n’avais pas d’avis figé sur cet homme, aujourd’hui sa côté s’est considérablement dégradée à mes yeux.

L’homme nie les évidences : il pense que le changement climatique, c’est de la blagounette, que les milliards de tonnes de gaz à effet de serre qu’on dégueule depuis la Révolution Industrielle sont de la blagounette, et que les catastrophes climatiques qui s’annoncent ne sont que des prédictions de « gourous du réchauffement climatique« . Malheureusement, sa position d’ancien Ministre, de « scientifique » lui donne une visibilité bien supérieure à celle que j’ai sur ce blog. Donc c’est grave.

ParisBali n’est pas un blog méchant, et on ne taille pas de l’ex-Ministre (même si c’est Claude Allègre) juste pour le fun : chacun a le droit de penser ce qu’il veut et d’écrire ce qui lui chante. Mais il ce trouve que cet homme débite pas mal d’inepties de manière assez construite, et qu’il est par ailleurs largement pressenti à un nouveau poste Ministériel, genre « Innovation et Industrie ». Innovation, ça chapeaute un peu la recherche scientifique non ?

Des arguments non sourcés

Donc, Claude Allègre prétend que les 2500 scientifiques du GIEC se gourent complètement, et que tant qu’une thèse scientifique n’est pas prouvée, on peut la contredire. Pour cela il balance des arguments avec un goût d’irrévocable, comme « la température moyenne des océans n’augmente plus depuis 2003 » ou « l’année 2008 aura été dans l’hémisphère Nord parmi les plus froides depuis dix ans et tout indique que l’année 2009 sera identique » (toujours le même article du Point, février 2009).

Malheureusement, il ne s’agit pas d’une « thèse », mais bien d’une réalité. Sur les arguments utilisés (sans source évidemment), je n’ai pas le temps de vérifier ses observations, mais je ne résiste pas au plaisir de retranscrire une partie de l’analyse de Fabrice Nicolino, qui a la délicatesse, lorsqu’il publie des enquêtes, de bétonner l’intégralité de ses affirmations.

Autre point remarquable : l’année 2008. Là encore, restons-en à la logique interne. L’hémisphère nord aurait connu une année « parmi les plus froides depuis dix ans » ? Si tel était le cas, que nous dirait-il ? Absolument rien. Le dérèglement climatique global s’accommoderait aisément d’un tel phénomène. Dans le même temps, Allègre ne dit rien de l’hémisphère sud, qui pourrait modifier en profondeur la donne. Autrement dit, son propos est dépourvu de sens. Mais le pompon est dans les derniers mots : « tout indique que l’année 2009 sera identique ». N’oublions pas que l’auteur est un scientifique. S’il dit tout, ce doit être tout. Donc, tout dirait que l’année météo, avant même de s’être déroulée, sera identique à la précédente.

Il faut dire que Claude Allègre, c’est celui qui affirme « je le dis et je le répète : à faible dose, la poussière d’amiante n’est sans doute pas plus dangereuse que la poussière de silice qu’on respire sur la plage » (L’Express, 2005. Oui, 2005)…

« Ma vérité sur la planète », bien gratiné le Claude

L’ex-Ministre a également publié un livre intitulé « Ma vérité sur la planète » où il expose, tel un Laurent Cabrol en furie, tout le mal qu’il pense de la lutte contre le changement climatique, qui est selon lui la priorité 4 ou 5 pour l’Homme du 21ème siècle.

maintenant_jancoviciJean-Marc Jancovici est celui qui a inventé la méthode Bilan Carbone pour comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre d’une activité, d’une industrie, d’un produit. C’est une personne éminemment intelligente, consultée par la plupart des hommes politiques ou acteurs du climat aujourd’hui. Ses ouvrages font partie de la littérature de base du citoyen qui veut s’informer sur ces enjeux, et il a un site Internet, Manicore (design direct from 1990), où on trouve milliers de chiffres, d’études, d’explications très pédagogiques…

Bref, Janco a lu le bouquin de M. Allègre. Je vous donne son avis :

Il est difficile de dire si la consternation, l’admiration ou l’ébahissement est le terme plus approprié pour caractériser ce qui vient à l’esprit une fois refermé ce livre. Ce dernier comporte une telle densité d’âneries au centimètre carré de page imprimée qu’il en devient une énigme. […] Comment une personne qui détient – normalement – un doctorat en physique peut-il […] aligner une telle série de contre-vérités grossières, d’approximations qui en deviennent fausses, d’amalgames indus, d’erreurs de raisonnement indignes d’un collégien, de propos cités de travers pire que chez un très mauvais journaliste débutant, voire de tournures dignes d’un enfant de 6 ans ou de phrases qui ne sont même pas écrites en français ?

Cette avalanche d’inepties pose du reste un problème spécifique à qui veut s’essayer à une critique : par où commencer quand, sur des chapitres entiers, chaque page (je dis bien chaque page) contient une démonstration qui n’en est pas une, un procès d’intention, une citation rapportée de manière inexacte (ce qui évidemment rend ensuite la critique plus facile !), ou encore une absence de précision – délibérée ? – qui rend impossible l’identification même de l’individu ou de l’entité visés […].

Evidemment un florilège d’arguments peuvent être lus sur Manicore, ce n’est pas du temps de perdu.

Ministre de l’Innovation, un signe fort pour la communauté scientifique

L’ami Nicolas Hulot a bien taillé l’ex-Ministre (allègrement). Il dit les choses cash dans un entretien accordé au JDD du 24 Mai. « S’il devait être recruté au gouvernement, ça deviendrait une politique, et ce serait un bras d’honneur [aux] scientifiques [du GIEC]. Et de rappeller que le dégraisseur de mammouth « ne croit pas à l’origine humaine du changement climatique, et se refuse donc à mobiliser contre ce phénomène ».

Ce « serait un signal tragique, six mois avant la conférence de Copenhague, et quelque chose d’incompréhensible venant de la France, qui a été un pays moteur depuis des années dans le combat climatique ! D’autant que le domaine de l’innovation et la recherche, où l’on annonce Claude Allègre, est l’un des piliers du développement durable ».

Je crois que c’est clair.

Edit du 27 mai : j’ajoute que Fabrice Nicolino dénonce aujourd’hui sur son blog l’inquiétant silence des politiques de tous bords sur la potentielle nomination du « négateur en chef de la crise climatique« .

Publicités