Le développement de la grippe porcine est le dernier rebondissement en date de ce qui s’apparente à une série TV palpitante. Est-ce que la race humaine va être décimée par une maladie fulgurante ? Est-ce qu’une entreprise pharmaceutique va parvenir à sauver le monde d’une fin bien pourrie ?

"28 jours plus tard" arrive dans la vraie vie

"28 jours plus tard" arrive dans la vraie vie

Saison 1 : la grippe aviaire

Résumé des épisodes précédents : en 2005, des foyers de grippe aviaire (les poulets donc, nom de code H5N1) se développent en Chine et en Asie du Sud-Est, et parviennent sous certaines conditions à se transmettre à l’homme. Résultat : plus de 250 morts (à janvier 2009, mais de nouveaux cas snt apparus au Cambodge et en Egypte ces dernières semaines) et des millions de bêtes abattues dans tous les pays pratiquant l’élevage. Par exemple en France en mars 2006, plus d’un million de volailles sont sacrifiées dans une espèce de danse ésotérique traditionnelle, connue sous le nom de « principe de précaution ».

On nous bassine bien avec le risque de mutation du virus, de transmission à l’homme, de maladie fulgurante qui raserait enfin les hommes de la carte du monde. Mais voilà, au dernier épisode, les autorités sont parvenues à enrayer la propagation du virus et on évoque même l’existence d’un antidote, le Tamiflu.

Saison 2 : la crise environnementale menace la Vie sur Terre

Emissions de gaz à effet de serre, déforestation intensive, surpêche, épuisement des sols, fonte des glaces, aggravation des catastrophes naturelless liées au réchauffement de la planète, extinction ou menace d’extinction de la plupart des espèces animales et végétales, déséquilibres violents et structurels de l’ensemble des écosystèmes… La prise de conscience des menaces qui pèsent sur le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui, voué à des modifications profondes et irréversibles, est réelle et brutale.

Les gouvernements et autorités supranationales se réunissent chaque semaine pour tenter de mettre en place des solutions. Des milliers d’associations militent pour un monde plus responsable. Des millions de citoyens s’engagent au quotidien pour limiter au maximum leur impact sur l’environnement. EN VAIN. Tout part en vrille, et toutes les actions correctives du monde ressemblent à de pauvres pansements sur une hémorragie.

Presque trop violente pour être vraie, cette saison 2 finit en queue de poisson. Visiblement les scénaristes ne savent pas trop comment ils vont solutionner tout ça, alors ils préfèrent botter en touche et nous coller une crise financière puis économique qui fait passer le jeudi noir de 1929 et ses conséquences pour une fête de quartier.

Saison 3 : la grippe porcine

La grippe porcine (petit nom : H1N1) est une variante de la grippe aviaire, sauf qu’elle est sur les cochons, comme son nom l’indique. Problème, l’homme a une très grande proximité génétique avec nos amis porcins (à ce sujet, lire Le père de nos pères de B. Werber). Le risque de transmission à l’homme est donc bien plus élevé, ainsi que l’étape suivante : la transmission d’homme à homme. Et là, ça ne rigole plus.

Depuis une semaine, un premier foyer d’épidémie a été identifié au Mexique. Plus de 150 personnes ont déjà succombé à la maladie. Des cas avérés, assez isolé, sont identifiés dans de très nombreux pays. Même que Barack Obama a eu chaud aux fesses et a manqué l’attraper : à l’occasion de sa visite au Mexique, il a rencontré le 16 avril à Mexico l’archéologue Felipe Solis, décédé depuis de la maladie. L’origine du foyer de contamination au Mexique est un peu flou, laissant la place à diverses théories du complot. Une hypothèse sérieuse est la proximité d’une partie de la population touchée avec un élevage de porcs aux conditions sanitaires désastreuses dans le village de La Gloria. Cet élevage est exploité par une entreprise filiale de Smithfield Foods, leader mondial de l’élevage porcin et pas tout-blanc tout-blanc au niveau environnement.

Source : AFP, OMS

Source : AFP, OMS

Alors que l’Organisation Mondiale de la Santé prépare le monde à déclencher la phase 5/6 de son alerte pandémique à la grippe porcine, on se demande bien si c’est du lard ou du cochon. Quoique, selon l’OMS, passer en phase 5 sigifie que la pandémie n’est pas seulement imminente, elle est inévitable.

Vivement les prochains épisodes de cette saison 3 riche en rebondissements…

Et alors ?

On va peut-être terminer par une définition. Que signifie « Pandémie » ? Ce mot provient du grec pan (tout) et demos (peuple), et désigne une épidémie qui touche la totalité ou quasi-totalité de la population : continent, voire la planète entière. On a appris à l’école que la peste noire (1346-1350, plusieurs millions de décès) et la grippe espagnole (1918-1920, 15 millions) étaient de sacrées pandémies. Aujourd’hui, sauf si la grippe porcine fait péter le score, le SIDA est en passe de devenir la pandémie la plus mortelle de l’histoire de l’Humanité : plus de 40 millions de personnes sont infectées par cette saloperie de virus.

Publicités