Je vous parlais en début de semaine de l’expérience-pas-scientifique-mais-sympa Hello Mars ! Les 2 loufoques Mark et Igor ont accordé une interview d’outre-espace à Paris-Bali. L’occasion de tester un peu leur amour de la conquête de Mars et d’établir un premier bilan de l’expérience après deux semaines.

Attention, culture Mars en approche…

mars_atmosphere_hello_paris_bali

Paris-Bali : Le module Pathfinder (1996-97) fut un succès total. Et vous, votre bilan des 8-10 premiers jours ?

Mark : Jusqu’à présent, je suis plutôt statisfait. Avant d’entrer, on avait réfléchi à tous les exercices qu’il allait falloir faire pour que notre voyage constitue un véritablement entrainement, et on a pas encore eu le temps d’en faire un seul. En fait, on s’est énormément documenté sur la conquête de Mars ou d’autres planètes, sur les missions en cours, en particulier Mars 500, qui est une mission avec une philosophie très proche de la nôtre, les moyens en plus. Du coup, on a décidé avec Igor de recentrer notre mission vers quelque chose de plus marketing : notre objectif est désormais de réussir à organiser Mars 1.000 : mille jours enfermés dans la station HelloMars 2. Et nous utilisons cette première expérience pour sensibiliser des partenaires potentiels, faire faire un logo, et aussi chercher des amis Facebook pour Igor, parce qu’il n’en a pas (rires !).

Igor : Au sujet d’HelloMars 2, il faut ajouter que nous allons beaucoup plus nous rapprocher des conditions réelles du voyage vers Mars. Un des problèmes d’HelloMars 1 est de ne pas être en mesure de simuler les conditions d’apesanteur. C’est pourquoi, pour HelloMars 2, nous prévoyons de nous enfermer dans une bétonneuse. De plus, nous serons 4, et non plus 2, parce qu’on se rend compte que faire le ménage régulièrement dans la station est tout à fait indispensable, et 2 célibataires endurcis comme nous sont incapables de quoi que ce soit de correct dans ce domaine.

« notre objectif est désormais de réussir à organiser Mars 1.000 : mille jours enfermés dans la station HelloMars 2 »

Mark : Idem pour la bouffe d’ailleurs. Je dirais que la principale chose qui me manque de l’extérieur, c’est la cuisine. Je suis du genre à bien me tenir à table, et j’avoue que notre menu quotidien est tout à fait déprimant. Il faut absolument que la station Hellomars 2 soient améliorée sur ce point, en nous permettant d’emporter une nourriture plus consistante et revigorante…

Igor : … et des pizzas !

Mark : Ouais, des pizzas, mais ça, c’est juste pour attirer des bloggers, parce qu’on a besoin d’eux pour pouvoir organiser Mars 1.000.

Mars 2 (1971) est le premier objet humain à avoir touché Mars. Mais il s’est complètement explosé à cause d’un détail technique foireux. Quel défaut chez l’autre vous fera péter un cable avant la fin des 50 jours d’isolement et échouer la mission ?

Mark : En fait, on se connait depuis très longtemps, ce qui facilite la promiscuité. Et, sans vouloir le présenter comme le gendre idéal, je dirais qu’Igor n’a pas de défaut majeur… Rien … à part l’odeur bien sûr. Mais est-ce que c’est vraiment un défaut ? En fait, je l’envisage plutôt comme un atout. Parce qu’imagine qu’on se retrouve dans le cas de Sigourney Weaver, et qu’on rencontre un alien, je peux te dire qu’il ne prendra pas le risque de mettre le museau dans le vaisseau (MDR !). Blague à part, je voulais utiliser cet argument pour solliciter un sponsor. On a failli conclure avec Brise Touch & Frsh, parce que pouvoir dire que je tenais 40 j enfermé seul avec l’odeur d’Igor, c’était un super argument de vente pour leur produit. Ca a capoté à cause de futilités. D’abord parce que leur thème de campagne était qu’il fallait « aller faire caca chez Paul », alors qu’on ne peut pas sortir de la station…

Igor : … sans compter que je connais pas de Paul…

Mark : hum… Oui, bon, et aussi qu’ils avaient le sentiment que l’expérience ne rendrait pas bien en vidéo. Bref, des détails. C’est dommage.

Nozomi est un satellite d’observation japonais lancé en 1998. Brinquebalant et un peu chat noir, le truc met 5 ans à atteidre Mars pour finalement rater exprès son « amarssissage » à cause d’un risque de contamination de la planète. Et vous, c’est à cause d’incidents techniques que vous avez lâché vos nanas avec un plan « Je-m’isole-50-jours-avec-mon-pote-pour-faire-une-expérience- spatiale »?

Mark : Alors ça, c’est facile, vu qu’on est célibataire tous les deux. Bon, moi, j’avais une vie sociale très développée, mais je la retrouverais telle quelle en sortant puisque j’ai sauvegardé tout mon compte Facebook en partant. Je m’interdis d’y accèder pour le moment pour ne pas rendre Igor jaloux, vu qu’il n’a pas d’ami sur Facebook (trop LOL !). Non, en fait, je craignais que notre message ne soit plus suffisamment visible au milieu des multiples sollicitations et invitations que je reçois sur mon wall. J’ai donc mis ma vie sociale entre parenthèse, le temps de cette expérience.

Igor : Et sinon, Paul, tu le connais ?

« A l’époque, mon réseau social s’appelait 36.15 ULLA et on pouvait même pas poker les copines »

mars-panoramic_paris_bali_hello

On a perdu le contact avec la sonde Mars Polar Lander (1999) lors de son arrivée sur Mars. Ca ne risque pas de vous arriver : cet isolement, équipé d’un accès Internet haut débit, c’est pas un peu du vent ?

Mark : Aucun risque ! Mars Lander c’était en 1999, autant dire à la préhistoire ! A l’époque, mon réseau social s’appelait 36.15 ULLA et on pouvait même pas poker les copines. Maintenant, on se connecte à internet sans fil, en Wii-fit, en Wi-max, et sûrement en Wi-gigamars pour aller jusqu’à Mars. Me demande pas comment ça marche, j’en sais rien. Cela étant, je sais même pas comment c’est possible que de l’eau sorte du robinet de ma salle de bain à chaque fois que je l’ouvre alors… Mais je sais que c’est possible, les scientifiques l’ont dit. Le seul truc c’est qu’il y aura 20 minutes de décalage dans l’affichage des pages. Un peu comme pour les abonnés de Compuserve à la grande époque.

Igor : D’ailleurs, c’est aussi une des raisons pour lesquelles Mark a souhaité que je m’embarque avec lui, car je suis un spécialiste des technologies sans fil. Dans mon pays, on est très en avance sur ce sujet. Par exemple, on a complètement dématérialisé la distribution d’électricité, ce qui est excellent d’un point de vue développement durable. On a mis en place un système de radiation assez sophistiqué qui rend les gens fluorescents. Et comme tout le monde brille la nuit, plus besoin d’allumer de lumière. Une grand-mère dans un fauteuil suffit à éclairer une pièce, une équipe de foot peut te permettre d’éclairer un parking ou une avenue. Brillant. Mais il fallait y penser.

Mars Express (2003-04) envoie des images 3D de glace d’eau au pôle Sud. Moment intense de « télévision » pour la communauté scientifique ! Dans votre cas, l’expérience Hello Mars! nous mène à fin avril. C’est pour pouvoir mater la finale de la Ligue des Champions à la maison avec des bières ?

Mark : A l’origine, notre projet devait démarrer cet été. C’était plus facile pour poser les vacances d’Igor, et puis on avait loué une caravane sur le bord de la RN7, ce qui nous aurait permis d’exposer plus largement notre projet auprès de tous les estivants. Mais il y a quelques semaines, on a rencontré un consultant en stratégie de buzz social 2.1 pour les moteurs de recherche. Une tronche le gars. Genre je crois qu’il est classé en 1ere position sur Voila.fr sur « Pamela Anderson mange des cigognes ». Me gars qui taquine quoi. J’ai pas compris tout ce qu’il nous a dit, juste qu’il voulait nous hissez haut (dans les moteurs ?). Enfin bref. Vu notre thématique, il nous a conseillé de faire ça en mars, parce que d’après ce qu’il nous a dit, il y a plus de gens qui tapent mars en mars (ou le contraire, je sais plus), et que du coup, ça allait nous faire du trafic organique. Voilà pourquoi on a décalé.

Igor : en même temps, si notre projet avait duré tout le mois de Mars, ça nous faisait sortir le 1er avril, et ça, on voulait pas, parce que les gens qui nous suivent auraient pu croire que notre opération était un poisson d’avril, ce qui n’est pas vrai du tout. D’autre part, on loue l’emplacement d’HelloMars du samedi au samedi. Comme on a payé jusqu’au 4 avril, on s’est dit que ça ferait une bonne date pour la fin d’HelloMars.

Mark : Cela étant, la ligue des champions avec des bières, et tout nos potes, on prend aussi 😉

Merci les garçons, et bon vol 😉

Vous l’avez compris, ils sont complètement jetés. Excellente raison pour leur rendre visite sur www.hellomars.fr !

Publicités