La première question que je me pose après avoir vu ce film est sans doute « ai-je aimé ? ». Pas évident d’y répondre… Ce film qui affiche un casting incroyablement riche (Melanie Doutey, Karine Viard, Romane Bohringer, Julie Depardieu, Estelle Lefébure, Charlotte Rampling etc.) défraie la chronique et remporte les suffrages de la presse mérite-t-il le tapage qu’il suscite ?

Le bal des actrices

Le bal des actrices

Maiwenn, jeune réalisatrice se lance dans un projet de documentaire ayant pour sujet « les actrices, plus que les autres femmes, ont un manque affectif à combler ». Elle décide pour mener à bien son projet, de suivre 11 actrices dans leur intimité pour mettre à nu ce qu’elles sont dans la « vraie vie ». Karine Viard cache sa peur de l’échec derrière un masque de suffisance, Muriel Robin et Marina Foïs revendiquent leur capacité à jouer un autre registre que le comique, Melanie Doutey, Julie Depardieu ou Jeanne Balibar sont des actrices accomplies mais souffrent d’un vide dans leur vie, Karole Rocher souffre de son manque de notoriété, et Lin Dham Pan reste prisonnière du jugement traditionnaliste de ces parents…. Bref chacune a ses faiblesses et montre un visage humain et une fragilité insoupçonnée. Chaque chapitre de ce reportage se termine par une chanson interprétée par l’actrice, façon comédie musicale. On aime ou on n’aime pas…

On vit le reportage aux cotés de Maïwenn qui est en réalité la vraie star du film. Ce nombrilisme un peu dérangeant, donne au film une véritable authenticité : tantôt frêle, tantôt féroce, Maïwenn insuffle son énergie et le spectateur découvre les actrices à travers ses yeux. Lorsque les masques tombent, et que la caméra s’éteint, il n’est plus question d’icônes mais de femmes avec leurs doutes, leurs peines et leurs coups de sang.

Le tout est rythmé par l’intervention de quelques hommes, Yvan Attal en réalisteur peu consciencieux, Jacques Veber ou Joey Starr qui est magistralement drôle dans ce film ! Quelques répliques hilarantes permettent au film de ne pas s’essoufler : « si tu vas faire du shopping, achète toi une paire de couilles » Marina Foïs, « wouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah » Joey Starr etc.

En bref, il n’y a pas d’action, peu de scenario mais un vrai talent d’interprétation, beaucoup d’humanité et une grande mesure dans la réalisation. A aucun moment on ne tombe dans le cliché trop facile que l’on attend, et je crois qu’au final j’ai bien aimé ! Et vous ?

Publicités