Les sentences sont tombées hier lors du procès sur le scandale du lait contaminé en Chine. Deux peines de mort ont été retenues contre Zhan Yujung, producteur illégal de poudre soi-disant « protéinique » dopée de mélanine, et contre Geng Jinping accusé d’avoir vendu des matières illicites aux producteurs de lait. Au total ce sont 22 sociétés productrices qui ont diffusé du lait contaminé dans le monde entier. Retour sur ce drame et ses conséquences.

Parents chinois portant leurs bébés contaminés
Parents chinois portant leurs bébés contaminés

On peut imaginer l’horreur et la haine que doivent ressentir ces mères qui, à chaque biberon ont progressivement donné la mort à leur bébé. A leur insu et à cause de quelques hommes ou femmes d’affaires peu précautionneux ou carrément mal intentionnés, ces parents ont vécu le drame qui les hantera toute leur vie.
Les faits sont là : 300.000 bébés malades et plusieurs déjà décédés, de graves maladies du rein répandues au sein de la population et la fiabilité de la Chine sur les questions d’hygiène et de normes de qualité, remise en question au niveau mondial. Les raisons ? La mélanine ajoutée à haute dose au lait pour un produit soi-disant plus riche en protéine. Dès le 15 septembre on décomptait les premiers décès de nourrissons et ce n’est que 4 mois plus tard que la cour prononce son verdict.

Si la justice chinoise semble faire son travail en distribuant peines capitales, emprisonnements de 15 ans à tour de bras aux responsables de ce drame, la question de la transparence des réseaux en Chine est plus que jamais d’actualité. Les velléités économiques du géant chinois associées à ses problèmes de corruption peuvent naturellement aboutir à ce genre de drames et ce n’est pas nouveau.

La seule différence ? Compte tenu de la place qu’occupe la Chine dans le paysage économique mondial, ses dérives concernent désormais l’ensemble de la communauté internationale !

Publicités