Mardi 20 janvier, Barack Obama sera intronisé 44ème Président des Etas-Unis. Ce sera le sommet de 4 jours de cérémonies: il prêtera serment sur la Bible d’Abraham Lincoln lui-même (!) de défendre la Consitution américaine. Ce week-end, Barack a prononcé un discours au Lincoln Memorial à Washington, devant plus de 1,5 millions de personnes.

Cette même place où le révérend Martin Luther-King, le 28 août 1963, prononca un discours historique. Le fameux « I have a dream », qui est une vraie référence et reste un superbe moment à voir et revoir. L’année suivante, il devient le plus jeune prix Nobel de la Paix, pour ses engagements non-violents déségrégationnistes, pour la paix et contre la pauvreté. Il fut assassiné en 1968. Le jour de sa naissance est férié aux Etats-Unis, c’est le Martin Luther-King Day. Et c’est le 19 janvier…

On parle du révérend King, mais on ne peut pas occulter les autres luttes contre la ségrégation. Barack Obama est né durant l’été 1961, alors que les « Freedom Riders » sillonnaient les Etats-Unis. Cinq ans après Rosa Parks, des citoyens noirs décident de faire cesser les injustices civiques. Ces militants pour la liberté et les droits civiques ont fait le choix de prendre des bus inter-Etats sans laisser la place aux blancs, pour tester un arrêt de la Cour Suprême qui rendait illégale la ségrégation dans les transports.

freedom-rides_usa_1961_paris_baliPlusieurs convois partent, le premier de Washington en mai, pour arriver à la Nouvelle-Orléans. Mais la traversée des Etats du Sud, où il existe encore des lois ségrégationnistes, se passe très mal et stoppe leur avancée. D’autres freedom rides sont organisés et se lancent durant l’été. Presque à chaque fois, les militants furent emprisonnés et victimes de violences : bus brûlé en Alabama, tabassage par des membres du Ku Klux Klan sous protection policière, séjours en prison…

Leur lutte non-violente leur attire la sympathie de l’opinion nationale et internationale. Le mouvement cessa lorsque les Etats du Sud reçurent une injonction les forçant à appliquer les lois fédérales… Une victoire qui a ouvert la voie à l’élection, moins de 50 ans plus tard, à l’élection d’un noir-métisse à la Présidence des Etats-Unis.

Publicités