2005_logo_meteo_france_paris_bali-5° avec un petit vent sous le bonnet qui nous rappelle que la Laponie n’est pas si loin que ça, et des prévisions météo qui font frissonner rien que d’entendre les recommandations d’Evelyne Dhéliat… pas de débat possible : ça caille sec. Rien d’insurmontable non plus : cette semaine tous les météorologues invités sur les plateaux TV nous rappellent les successives vagues de froid de ces dernières années bien plus méchantes. Et le mois dernier il faisait -20° dans le Massif Central, et personne ne s’en plaignait.

Mais après la neige hier, et le verglas aujourd’hui, Paris découvre qu’il peut faire froid en janvier. Et donc les médias également. Du coup, on nous bassine avec des températures « polaires », en-dessous « des normales de saison ». Et si c’était juste l’hiver ?

Parce qu’il faut se rappeler que c’est plutôt un hiver sans vague de froid qui serait inquiétant ! D’ailleurs, profitons de cet article pour répondre à la légitime question : comment se fait-il qu’on se pèle autant alors qu’on nous parle tous les jours du changement climatique ?

Tout simplement parce que la météo et le climat sont très différents : la météo, c’est le temps qu’il fait aujourd’hui et demain, le climat représente les tendances lourdes et structurelles. Le changement climatique n’influera pas sur l’existence des saisons. De plus, si un réchauffement global est mesuré depuis plusieurs décennies, cela ne signifie pas qu’il fera plus chaud partout de manière uniforme : certaines zones seront affectées au contraire par un climat plus froid, ou plus de sécheresses, ou plus d’inondations… C’est pour cela que l’expression « changement climatique » (climate change) correspond plus à la réalité que « réchauffement climatique » (global warming, pour tous les lecteurs anglophones, et je sais qu’ils sont nombreux).

Tout ça pour dire que je peux causer des heures sur le climat, mais qu’en météo je préfère reporter le risque sur des professionnels du métier. Alors je laisse la parole à Jérôme Lecou, ingénieur prévisionniste à Météo France.

– M. Lecou, jusque quand cela va-t’il durer ?

Les températures sont en dessous des normales saisonnières depuis le 25 décembre et cela restera le cas jusqu’au 15 janvier puis les températures vont remonter. Les prévisions d’octobre tablaient sur un hiver plutôt froid et une anomalie de température sur l’Ouest de l’Europe, cela se confirme donc.

(véridique, il l’a dit )

Et je regarde la neige sur le Bois de Boulogne depuis mon bureau…

Publicités