Vous avez un permis de conduire ? Super, vous êtes le seul… Après 15 jours d’expérimentation, on peut donner son avis. Quelques considérations générales sur la conduite en Indonésie, région sauvage pour tous les amoureux du code de la route.

On en parle un peu a travers nos articles : conduire en Indonésie c’est flippant, de quoi faire passer James Dean dans La Fureur de Vivre pour un trouillard patenté. Plus je réfléchis, et plus j’en arrive à la conclusion que ce « style » de conduite a 2 origines, en plus du fait qu’ici on ne passe pas d’examen du permis de conduire…

D’abord, l’absence notoire de règles de conduite : très peu de panneaux de signalisation, de lignes de démarcation, de limitation de vitesse, de ralentisseurs en ville ou quelconque signe nous rappelant que la route n’est pas un circuit de F1 en pleine séance de qualification… Lorsqu’on arrive aux intersections importantes, les panneaux se situent environ 12 mètres avant le carrefour ! Cela laisse peu de temps pour prendre une décision fiable, sachant qu’en général on est perdu, et qu’on roule à tombeau ouvert (60 km/h) nous aussi, car c’est moins dangereux que de se trainer à notre rythme de touriste paumé.

Premier argument fort, largement renforcé par le fait que les balinais se foutent complètement desdites règles de conduite. Une situation simple du code de la route va vous permettre de comprendre l’ampleur de l’Indonesian touch.

Je suis un scooter qui roule à la vitesse raisonnable de 70 km/h. Devant moi (environ 1 mètre devant) une voiture. En face (environ 150 mètres), un camion arrive et fait des appels de phares. Que fais-je ?

Si vous répondez « Je déboite, je klaxonne, et je parviens à doubler la voiture en catastrophe sans me poser de questions », vous avez probablement des origines balinaises.

Comprenons-nous. Une ligne blanche dans une route de montagne n’empêche PERSONNE de doubler, c’est indicatif. De la même maniere, si un scooter double une voiture sur la voie d’en face, RIEN n’empêche de déboiter simultanément. A Java, il semble même que doubler soit élevé au rang de sport national. En général ca passe.

En général, car si on en rit entre nous maintenant, on a déjà vu 3 accidents, dont un était violent. Donc prudence.

Pour finir, devinez quel gadget ils ont au feu rouge qui rappelle un circuit de F1 en pleine séance de qualification… Si vous avez répondu « un compte a rebours » (véridique !), vous êtes définitivement balinais…

Publicités