Très clairement, une faillite de l’ensemble des compagnies aériennes durant les trois semaines en Indonésie ne serait pas complètement malvenue. Déjà, on serait « condamné » à rester longtemps à Bali (cool), et ce serait 3,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre qui ne seraient plus émises (très cool). Bon. Mais sérieusement ?

Il y a un moment qui m’a vraiment ecoeuré dernièrement, c’est lorsque Henry Paulson, le Secrétaire au Trésor américain, a exprimé jeudi 18 septembre son plan de sauvetage de l’économie financière. Comme chacun de nous le lit partout, il s’agit de continuer sur la lancée des nationalisations forcées de banques ou d’assurances en crise de liquidités à cause de leurs junks bonds (actions pourries, mais c’est pour mettre un peu d’anglais) de manière complètement officielle et à fonds perdus, le but étant de conserver la confiance des investisseurs et d’éviter le risque systémique.

Elizabeth A. Rose

Elizabeth A. Rose

Ce plan est extrêmement dangereux, c’est probablement la dernière des solutions, et ça montre qu’on est vraiment mal pour que ce gouvernement US se décide à flinguer sa monnaie et creuser encore plus son déficit abyssal pour sauver « le système ». Donc, bien, mais pas top.

Résultat ? Paris : +9,3%, Francfort : +5,6% et, pour citer du gros chiffre, Moscou : +30% (je n’ai plus le chiffre précis en tête). C’est super ! Parmi les performances remarquables, on peut citer l’ensemble des banques, dont Dexia (+22,5%), la même entreprise qui vient de se faire refinancer ce matin même par les gouvernements français et belges… Pardon de ma question bête mais… Est-ce qu’il n’y aurait pas de gigantesques sommes d’argent jouées/gagnées dans ce contexte fragile ?

Ce que montre cette crise financière, c’est qu’il y a effectivement une vraie défiance envers les marchés financiers, et que c’est un point important à restaurer si on veut éviter que les répercussions sur l’économie réelles ne soient encore plus graves que ce qu’on peut déjà imaginer. Mais ce sont les comportements spéculatifs qui expliquent des variations aussi soudaines et brutales. C’est aujourd’hui la principale faille du système financier, et la carence des modèles de calculs censés intégrer le risque !

Le plan Paulson n’a pas été accepté ce week-end, badaboum/chute des marchés, et on nous martèle que les banques françaises vont bien et qu’elles sont solides pour qu’on laisse nos fonds bien en sécurité. OK, je pense que c’est juste. A mon avis ce n’est pas avec mon Livret A que ma banque prend le plus de risque, mais face aux comportements spéculatifs impitoyables qui peuvent dépecer n’importe quelle richesse en quelques heures.

Publicités